Annuaire de professionnels

Recherche

Newsletter

Publicité

Impacts du recyclage sur l’environnement


Protection des richesses naturelles


Les bénéfices économiques et environnementaux du recyclage sont considérables : il permet de protéger les ressources, de réduire les déchets, de créer des emplois, de protéger la nature et d’économiser les matières premières.

Le recyclage permet de réduire l’extraction de matières premières :



l’acier recyclé permet d’économiser du minerai de fer ;

chaque tonne de plastique recyclé permet d’économiser 700 kg de pétrole brut ;

le recyclage de 1 kg d’aluminium peut économiser environ 8 kg de bauxite, 4 kg de produits chimiques et 14 kWh d’électricité ;

l’aluminium est recyclable à 100% ; 1 kg d’alu donne 1 kg d’aluminium (après avoir été fondu).

chaque tonne de carton recyclé fait économiser 2,5 tonnes de bois ;

chaque feuille de papier recyclé fait économiser 1 l d’eau et 2,5 W d’électricité en plus de 15 g de bois.


Écobilan


De nombreux critères sont à prendre en compte pour juger de la pertinence du recyclage et établir ce que l’on appelle l’écobilan. C’est pour cela qu’en France, les pots de yaourt, par exemple, ne sont pas acceptés par la collecte sélective : il n’y a pas assez de matière à récupérer pour rentabiliser le recyclage. Au Québec cependant, ils sont recyclés. Il faut donc se poser les questions suivantes :



Comment la collecte est-elle organisée ? Quelle énergie nécessite-t-elle ?

La technique de recyclage est-elle plus économe en matière et en énergie que la fabrication de la matière première ?

Les débouchés sont-ils rentables ?


Si on prend l’exemple du papier recyclé, on constate que pour éliminer l’encre au moment du recyclage, on utilise du chlore, un blanchissant très polluant pour nos rivières et qui se dégrade difficilement. Le papier “gris” (peu désencré) nécessite moins de chlore, mais n’est pas toujours adapté aux utilisations courantes. L’idéal est d’utiliser des feuilles de plus faible grammage. Du papier à 60 g/m² convient parfaitement pour des imprimantes classiques et en plus cela réduit le poids de son transport, donc la consommation de pétrole.

Le recyclage du verre pose aussi des problèmes, car il est lourd et nécessite donc beaucoup de carburant pour son transport. Il faut en outre le fondre à 1 550 °C pour le recycler. L’idéal serait de privilégier le système des consignes, mais les industriels rechignent à organiser des récupérations non rentables d’un point de vue commercial.

D’un autre côté, la consigne des bouteilles ou des pots en verre demande également beaucoup de logistique (transport des bouteilles de manière à ne pas les casser, tri par type de bouteille, etc.) et de nettoyage avant leur réemploi. L’écobilan n’est donc pas si aisé que ça à établir.

La méthode la moins polluante consiste en tout état de cause à produire le moins de déchets possibles (recyclables ou non) et de privilégier les circuits courts (achats de produits locaux), compatibles avec l’idée de consigne. Le tri des déchets, et donc leur recyclage, n’interviendra qu’après épuisement de ces solutions.

Les installations de traitement des déchets voués à la valorisation énergétique sont peu satisfaisantes actuellement car elles sont à l’origine de rejets de COV (Composé organique volatil) et de méthane qui contribuent au réchauffement de la planète. La valorisation du méthane pour produire de l’électricité rejette du CO2 dont l’impact est moindre, donc contribue avec les connaissances actuelles, à sauvegarder au mieux la planète, avec un coût plus élevé.

© Copyright auteur(s) de Wikipédia - Source : article Recyclage sur Wikipédia - Cet article est sous licence GFDL